LA JOURNÉE DES INVESTISSEURS

La Journée des Investisseurs a été créée par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster pour présenter aux financeurs de l’écosystème les start-ups amiénoises en recherche de financement dans le but de faciliter les levées de fonds d’amorçage (ou “seed”). L’étape du “seed” consiste à financer le développement d’une solution. Une première version de celle-ci existe déjà et la start-up a trouvé ses premiers clients. Elle doit alors finaliser la solution, s’implanter sur le marché à plus grande échelle et procéder à des recrutements de profils qualifiés par exemple.

Les start-ups à fort potentiel de croissance ont donc des besoins de financements au démarrage (« seed ») puis au cours de leur développement afin de croître et se pérenniser (recrutements, investissements machines, développement technologique, pré-industrialisation, Recherche & Développement…). On appelle cette seconde étape la « Série A ». Elle consiste à financer le développement de l’activité avec des besoins en financement plus importants. À ce stade, l’entreprise fonctionne, la solution dégage des revenus. Elle est en mesure de présenter des éléments chiffrés plus solides et sur le potentiel du marché à conquérir.

C’est lors de ces différentes étapes que les start-ups souhaitent rencontrer des investisseurs. Un investisseur est une personne morale ou physique qui participe au capital social d’une société. Il représente une aide financière décisive, portant le « risque » dans le développement de l’activité en contrepartie d’une part des potentiels bénéfices.

Le 12 octobre dernier, 6 start-ups accompagnées par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster ont pitché à tour de rôle devant une dizaine d’investisseurs pour une demande d’un montant global de levées de fonds de 5 530 000€.

La Journée des Investisseurs est un concept innovant à Amiens et représente une réelle opportunité pour les start-ups et un gain de temps puisqu’elles sont face à plusieurs investisseurs simultanément plutôt que d’assister à plusieurs rendez-vous distincts.

Le jury était composé d’acteurs forts du territoire : BPIFrance, Finovam Gestion, Hodéfi, Initiative Somme France Active Picardie, Kanopy services, Nord France AmorçageSIPAREX, Caisse d’épargne et le Réseau Entreprendre Picardie.

Les start-ups auditionnées devaient présenter un pitch clair, pertinent et démontrant la viabilité de leur projet. Puis, se préparer à répondre aux questions posées par les investisseurs, aux observations voire aux objections.

Une seconde édition de la Journée des Investisseurs est déjà en préparation pour 2022.

BULLE

 
Découvrez l’interview de Thomas Bradier, porteur du projet BULLE, start-up accompagnée par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster depuis juin 2021
 
Pourriez-vous présenter BULLE ?

À l’origine du projet : Gaëlle Bradier, Médecin spécialisée en Médecine Générale qui exerce à temps partiel dans un service de Soins Palliatifs et Thomas Bradier, Médecin spécialisé en Réanimation travaillant au CHU d’Amiens-Picardie et au CH de Beauvais en Réanimation Médicale. Nous sommes aidés par Arnaud Lejosne, CTO dans une société de traduction internationale basée à Lille.

BULLE part du constat que certains patients sont dans l’incapacité physique ou mentale de se servir d’un smartphone, d’avoir accès à une interface de communication pour recevoir des nouvelles de leurs proches au cours d’une hospitalisation. Des propositions existent déjà pour connecter les personnes âgées à leurs proches comme : des tablettes connectées (facilotab), un cadre numérique (Familylink), des journaux (Famileo). Mais celles-ci demandent un apprentissage, des manipulations complexes et s’adressent à des personnes en capacité de voir. De plus, ces dispositifs ne disposent pas d’un réseau social dédié.

Le concept BULLE repose sur une enceinte connectée et une application dédiée. Le but est de permettre à un groupe de personnes de se connecter sur une interface web uniquement accessible au groupe et d’y ajouter des fichiers audio et de partager des liens de streaming musicaux. Le contenu de cette file ne sera visible que par les utilisateurs et lu par BULLE, l’enceinte connectée (via la 4G). La lecture de la file ne nécessite pas de validation au niveau de l’enceinte. La lecture du contenu sera programmée par les utilisateurs ayant accès à l’application web, rendant l’utilisation extrêmement simple pour le receveur des messages : une enceinte qui diffuse des messages, des musiques automatiquement lorsqu’on lui en communique. Pour les autres utilisateurs, l’application consultable par tous permettra de renforcer la « bulle » familiale. Elle s’adresse à la fois aux structures hospitalières qui souhaitent créer un lien entre les patients et leurs familles, mais aussi aux particuliers qui souhaitent un moyen simple de garder contact avec leurs proches.

Quelles ont été vos motivations pour passer le cap de l’aventure entrepreneuriale ?

Notre prototype a été testé et approuvé par le personnel médical et paramédical du CHU de Lille. Du fait de nos professions, nous ressentons le besoin fort des familles pour garder contact avec leurs proches. C’est donc avant tout un moteur humain qui nous a motivé à passer le cap et à candidater à l’incubateur d’Amiens Cluster.

Que vous apporte l’accompagnement de l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster ?

Nous n’avons aucune formation concernant la création d’entreprise. La formation du Cluster est très exhaustive et complète pour fournir des bases solides dans le marketing, la communication, le domaine juridique de la création d’entreprise etc… De plus, l’accompagnement rapproché nous permet de se fixer des objectifs réalistes à court et moyen termes pour être sûrs de mener notre projet à bien.

Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

En cours de définition de notre stratégie, nous allons commencer les levées de fonds en début d’année afin de sortir un prototype testable pour l’été 2022.

Nouvelle promotion de l’Incubateur / Accélérateur

Le 13ème comité d’engagement de l’Incubateur / Accélérateur d’Amiens Cluster s’est déroulé le 23 novembre, en présence d’un jury composé d’acteurs locaux et régionaux de l’entreprenariat et de l’innovation.

Le programme d’accompagnement est composé : de 160 heures de formations aux enjeux et outils de l’entrepreneuriat, d’un programme de mentorat individuel, d’un accompagnement personnalisé par le manager de l’Incubateur / Accélérateur et les managers sectoriels , de l’accès à un réseau entrepreneurial dynamique qui favorise les opportunités d’affaires et de la visibilité à travers les différents outils : évènements, réseaux sociaux, lettre d’informationsyearbook.

Pour candidater au prochain comité : https://incubateuramienscluster.com/nous-rejoindre/   

 
 
 « Une promotion avec l’objectif central d’accélérer les levées de fonds et le déploiement de démonstrateurs »

Jean Denis Blanc, Manager de l’Incubateur / Accélérateur d’Amiens Cluster

 

Zoom sur les projets retenus pour le programme d’incubation :

Cairos est une solution d’appel malade qui surveille et communique l’état de forme de son porteur aux soignants les plus proches au sein d’établissements de soins.

 

IKO est un système modulaire de production d’énergie renouvelable destiné à équiper des rivières et des chutes d’eau pour le développement de la petite hydroélectricité.

 
 
Le projet Psych-Autonomia redonne de l’autonomie et du « pouvoir de faire » aux personnes ayant un trouble de la mémoire et soulage l’aidant à l’aide de son application Ophelia

 

Zoom sur les entreprises retenues pour le programme d’accélération :

Psycle a pour ambition de moderniser les industries françaises en leur apportant un outil d’inspection qualité automatisée grâce à l’Intelligence artificielle.

 

 Keewai est une solution de rechargement mobile qui accompagne les utilisateurs au quotidien.

 

Postee est une plateforme simple et intuitive du courrier digital.

 

 

WIND my ROOF alimente les bâtiments en énergie locale et propre en combinant éolien et solaire.

 

SARUS est un détendeur permettant de comprimer et de valoriser un gaz (hydrogène ou gaz naturel), une solution de valorisation d’énergie, adaptée à l’ensemble du réseau de l’industrie gazière.

CHIPVALUE

 
Découvrez l’interview de Cyrielle et Sandrine Bruzzone, porteuses du projet ChipValue, start-up accompagnée par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster depuis juin 2021
 
Pourriez-vous présenter ChipValue ?

Nous sommes Sandrine et Cyrielle Bruzzone, 2 sœurs entrepreneuses, qui portent le projet ChipValue. Nous travaillons en étroite collaboration avec une société de négoce de pommes de terre qui nous fournit les coproduits inutilisés sur le marché alimentaire (un coproduit est une matière qui est créée au cours du processus de fabrication d’un produit).

Le concept de ChipValue est d’utiliser les coproduits de pommes de terre pour créer un contenant alimentaire comestible. Celui-ci s’adresserait au secteur de la Street-Food et permettrait de valoriser l’image de marque verte des acteurs du marché alimentaire. Il s’agit de proposer une alternative éco-responsable aux emballages actuels tout en permettant de consommer de façon ludique et gourmande. Ce produit déclinable permet d’offrir aux clients une nouvelle expérience en bouche tout en réduisant leur empreinte carbone.

Le secteur de l’emballage comestible est en pleine expansion. Il y a un véritable engouement de la part des organisations, des collectivités locales et de l’opinion publique pour des emballages plus verts. Voici quelques-unes des caractéristiques principales relatives à l’émergence et à la croissance de ce marché :

–  Les problématiques environnementales

–  Les législations en vigueur et à venir

–  L’implication des consommateurs dans une démarche citoyenne et écologique

Le projet ChipValue s’inscrit dans une démarche d’économie :

●  Circulaire : de la fourche à la fourchette

●  Locale : participer à la réduction des déchets alimentaires dans les Hauts-de-France

●  Sociale et solidaire : nous envisageons l’instauration d’une manière d’entreprendre, de produire ainsi qu’un plan de développement et une gouvernance qui s’inscrivent dans les valeurs de l’ESS (économie sociale et solidaire)

●  Environnementale : via un produit éco-conçu 100% comestible et biodégradable tout en offrant une fin de vie aux pommes de terre la plus écologique possible

 
Quelles ont été vos motivations pour passer le cap de l’aventure entrepreneuriale ?

L’entrepreneuriat a toujours été, pour toutes les deux, un objectif personnel et professionnel et plus particulièrement l’envie de créer un projet à impact environnemental et social fort.

La prise de conscience des problématiques relatives au gaspillage alimentaire que rencontrent un grand nombre de sociétés agroalimentaires a été le déclic pour le lancement de ChipValue. A cet effet, nous avons décidé de nous associer à l’une d’entre elles afin de lancer une initiative positive sur la thématique préoccupante de la sur-consommation d’emballage, nocive pour la santé et pour l’environnement.

Plus qu’un projet entrepreneurial, ChipValue veut créer un écosystème solide dans les Hauts-de-France pour proposer des alternatives durables aux emballages à usage unique.

 
Que vous apporte l’accompagnement de l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster ?

Après avoir réalisé le pitch pour l’intégration en Juin 2021, nous faisons depuis partie de l’Incubateur d’Amiens Cluster. Nous avons fait le choix de candidater pour plusieurs raisons :

●  La formation, l’expertise, le mentorat et l’accompagnement axés sur la création d’entreprise.

●  Nous souhaitions conserver le côté écosystème local puisque notre société partenaire se situe dans la Somme.

Nous sommes jusque là très satisfaites des formations auxquelles nous avons participé et des échanges pertinents et experts que nous avons pu avoir avec le directeur Jean-Denis Blanc. Nous valorisons également de manière significative les échanges avec les autres incubés. Cela nous apporte une vision différente et constructive, que nous prenons en compte dans le développement de ChipValue.

 
Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

A l’heure actuelle, ChipValue consolide sa proposition de valeur. A cet effet, nous prévoyons pour les semaines à venir la réalisation d’un premier prototype et une démarche terrain afin de valider les besoins et attentes de nos clients et consommateurs finaux. Nous souhaitons avancer de manière structurée et rapide afin de valider de manière concrète et qualitative chaque étape du développement du projet.

ChipValue possède déjà une vision de positionnement de marché à court, à moyen et à long terme. L’objectif ultime étant bien de valoriser un maximum des parties/substances/molécules des coproduits de pommes de terre afin d’atteindre le « 0 déchets ». Nous avançons aujourd’hui sur notre positionnement produit à court terme tout en travaillant en parallèle sur la construction d’un projet à plus grande envergure sur le long terme (notamment en termes de R&D).

OPEN STENT SOLUTION

Découvrez l’interview de Doron Carmi, chirurgien cardiaque au Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens-Picardie et à la tête d’Open Stent Solution, start-up accompagnée par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster depuis juin 2020. 
 
Pourriez-vous expliquer comment et pourquoi avoir réalisé une levée de fonds ?

Nous développons chez Open Stent Solution un produit innovant qui, nous l’espérons, donnera accès à un remplacement valvulaire mitral par des techniques non invasives à de nombreux patients souffrants de cardiopathies valvulaires, à travers le monde. Pour le moment, nous sommes en phase de conception et de développement de la technologie, nous ne générons donc pas encore de chiffre d’affaires. Réaliser une levée de fonds nous permet d’avoir le capital nécessaire pour investir dans le développement du produit. Ainsi les différentes étapes, depuis la création et jusqu’à l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché du dispositif et sa commercialisation, sont soutenues par des investissements privés et publics.

Arrive-t-elle à un moment particulier de votre développement ?

De façon générale, les levées de fonds sont corrélées aux avancées de la société. Elles se font par anticipation afin de financer les étapes à venir.

Dans notre cas, la levée de fonds est considérée comme SEED ou amorçage. Elle arrive en début de parcours pour financer notre première phase de développement.  

On parle d’un fonds de 2,5 millions d’euros. À quoi va servir cette somme ?

Cette levée de fonds nous permettra de concevoir et développer notre produit jusqu’à une étape où le concept du dispositif est bien défini et validé par différents tests. Pour atteindre ce stade, nous devons travailler à relever les défis technologiques de cette innovation grâce à des solutions technologiques innovantes et créatives. Ces solutions doivent être testées, analysées puis améliorées par des cycles itératifs jusqu’à l’obtention d’un produit qui répond au cahier des charges initial. 

Quels investisseurs y ont contribué ?

C’est l’occasion de remercier nos investisseurs qui nous ont fait confiance. Ce tour de financement réunit des investisseurs appartenant à Business angels santé (groupe d’investisseurs dédié à la santé), Beangels (groupe d’investisseurs belge), de business angels de notre région et des cardiologues et chirurgiens cardiaques, ainsi que BPI France qui nous accompagne depuis le début. La présence de divers acteurs spécialisés du secteur médical est un riche signal de la pertinence de notre projet.

Quel rôle a joué l’Incubateur / Accélérateur dans cette levée de fonds ? 

Une levée de fonds n’est pas une chose simple ! Rassembler et structurer toutes les informations : financières, techniques, juridiques, fiscales etc… est la première étape, suivie par une présentation synthétique, simple et compréhensible par tout le monde. Une belle présentation s’obtient avec un entrainement à pitcher et s’affine tout au long du roadshow pour accroitre son pouvoir de conviction. Il faut maitriser son sujet, c’est évident, mais il faut avoir un peu de psychologie car une levée, c’est surtout une affaire de relations humaines, de confiance et beaucoup de négociation, sans oublier la capacité à essuyer des échecs.

Le rôle de l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster est de préparer, former, conseiller et accompagner dans toutes ces étapes.

Quelles sont les prochaines étapes de développement d’Open Stent Solution ?

Il n’y a pas de répit, après le concept freeze (la validation du concept), nous entrons dans la phase de vérification et validation, qui consiste à améliorer le produit pour s’assurer qu’il répond à toutes les exigences règlementaires et de qualité et qu’il soit en conformité pour l’obtention des autorisations des essais cliniques et l’implantation chez l’Homme. 

Les parcours R&D, qualité, règlementaire et clinique sont suivis de près par les séries de financement. D’ores et déjà, la prochaine série A se prépare.

MyGreenCard

Découvrez l’interview de Maxime Duvauchelle, porteur du projet MyGreenCard, start-up accompagnée par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster depuis juin dernier.
 
Pourriez-vous présenter MyGreenCard ?

MyGreenCard est une entreprise innovante du secteur des cartes à puces électroniques : badges professionnels, certificats d’authenticité, badges d’hôtel… L’équipe fondatrice travaille ensemble depuis 2 ans et a développé une première entreprise dans le secteur de l’éducation. Cette dernière suit une belle croissance et leur permet aujourd’hui de relever un nouveau défi ambitieux avec MyGreenCard. L’équipe est constituée de 6 personnes :

Maxime DUVAUCHELLE – Porteur du projet  Diplômé en droit et en finance, il est passé par un cabinet d’avocats en Asie, une direction juridique parisienne et un cabinet d’audit financier. Il gère depuis deux ans Mission Masters. 

Alexandre DUVAUCHELLE – Responsable commercial  Diplômé de l’UPJV, Alexandre vient du domaine commercial et plus particulièrement de la banque. Depuis le début de ses études il s’est investi dans l’entrepreneuriat à travers des programmes locaux tels que la Tech Amiénoise.

Samuel SELLAM – Responsable juridique et RH  Diplômé en droit anglais et français, Samuel est élève-avocat. Formé dans des grands cabinets d’avocats parisiens et luxembourgeois, il gère notamment tous les aspects juridiques et RH de notre TPE.

Jules SIGAL – RAF  Diplômé en finance et école de commerce, Jules est passé par l’audit financier puis l’analyse financière de fusions-acquisitions. Il gère notamment les aspects comptables, financiers et de performances commerciales de notre TPE.

A la rentrée, 2 alternants viendront compléter l’équipe pour une année.

En rejoignant Amiens Cluster nous souhaitons nous donner les moyens de nos ambitions en étant accompagnés par des experts sur l’ensemble des aspects de notre création d’entreprise. C’est aussi une chance de faire partie d’un écosystème de start-ups à forte valeur ajoutée. Enfin, il nous tient à cœur d’ancrer localement notre projet. L’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster se présente donc comme la structure accompagnatrice idéale.

Nous développons la première carte en bois recyclé connectée à tout type de smartphones.

  • Une nouvelle technologie multi-fonctions: notre carte est équipée d’une nouvelle puce innovante qui lui permet d’être lue par votre smartphone et donc d’avoir un double emploi.

Dans un premier temps, nous avons pour ambition de transformer l’expérience utilisateur des badges professionnels et des badges d’hôtel. Notre badge par ses multiples utilisations (parking, accès aux locaux, machine à café, imprimante…)  permettra de fusionner la panoplie de badges que l’on retrouve dans bon nombre d’entreprises.

  • En harmonie avec la nature: nous remplaçons le plastique par du bois recyclé et issu de forêts éco-gérées.
  • Une production locale: nous sommes les premiers producteurs français de ce type de cartes et sommes implantés en Picardie. Nous avons l’intime conviction que nos territoires ont le talent et les ressources pour nous permettre de mener à bien ce projet. 
  • Une sécurité améliorée: les cartes actuelles sont bien souvent équipées d’une puce RFID (de l’anglais radio frequency identification). Le problème de cette dernière reste la portée de son signal qui est importante (ex : le badge péage des autoroutes). La technologie que nous utilisons a une portée qui est limitée à quelques centimètres seulement. Elle est donc plus avantageuse du point de vue de la sécurité des systèmes.

Le marché des badges professionnels est un marché très poussiéreux qui ne concentre que très peu d’investissements sur la R&D. La majorité des systèmes en place fonctionnent avec des technologies qui ont 15-20 ans et qui deviennent handicapantes pour de grandes entreprises.

« Au niveau macro » nous répondons à un besoin d’innovation du secteur. « Au niveau micro » nous apportons une solution à de multiples acteurs professionnels qui viennent du secteur de l’hôtellerie, de l’industrie ou encore tertiaire. 

  • Préserver la planète : en utilisant du bois recyclé nous luttons contre le gaspillage des ressources naturelles et la pollution du plastique PVC. Nous reverserons 1% de notre Chiffre d’Affaires à une association qui oeuvre en faveur de l’environnement.
  • Le localisme : nous ne travaillerons qu’en circuit court et avec des forêts éco-gérées de la région.

Nous sommes actuellement en phase de développement et de personnalisation de nos puces selon la typologie de nos clients.

Quelles ont été vos motivations pour passer le cap de l’aventure entrepreneuriale ?

Nous ne nous sommes pas vraiment posés cette question car cela fait 2 ans que nous nous sommes lancés dans cette aventure avec Mission Masters. Ce projet avec Amiens Cluster nous permet de confirmer notre vocation entrepreneuriale et de continuer à progresser.

Que vous apporte l’accompagnement de l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster ?

L’accompagnement de l’incubateur nous permet de progresser en abordant de nouvelles problématiques et en structurant chaque étape de notre construction.

ENERBIOFLEX

Découvrez l’interview de Etienne DEMEILLER, Directeur Général EnerBIOFlex et responsable de l’agence des Hauts-de-France, start-up accompagnée par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster depuis juin dernier.

Pourriez-vous présenter EnerBIOFlex ?

EnerBIOFlex accompagne les agriculteurs souhaitant réduire leurs factures d’énergie ou produire de l’énergie renouvelable. EnerBIOFlex propose à ses clients d’intégrer une démarche d’amélioration continue qui s’auto-finance. Nous sommes une équipe de 10 personnes et nous avons 2 agences à Nancy et à Amiens.

Nous commençons généralement par faire l’optimisation de la facture d’énergie permettant de faire des économies financières immédiates sans investissement. Cette économie permet de financer par la suite de l’ingénierie pour réduire durablement ses consommations et réduire les problématiques électriques. Une fois les consommations réduites, nous montons des projets d’énergie renouvelable afin de tendre vers une autonomie énergétique ou pour diversifier ses revenus. En parallèle, nous proposons d’accompagner les clients dans la quantification et la réduction de leurs impacts environnementaux. Nous sommes également organisme de formation.

Avec plus de 120 unités de méthanisation accompagnées (environ 15% du marché actuel), EnerBIOFlex se positionne comme l’un des acteurs de référence du secteur. Avec l’ambition de l’Etat Français de passer de 500 à 1500 le nombre d’unités de méthanisation, le secteur connait un « boom ».

Nous souhaitons profiter de l’attention portée par tous les acteurs à la fabrication des unités pour nous emparer des parts de marché de l’optimisation de ces unités. Nous nous positionnons comme facilitateur de projets et proposons un accompagnement de l’aide à la décision à l’exécution pour la réduction des factures et la production d’énergie renouvelable. Notre ambition est de devenir le leader français de l’optimisation énergétique des unités de méthanisation en fonctionnement.

Pourquoi avoir souhaité intégrer le programme de l’Accélérateur ?
  • S’intégrer à l’éco-système amiénois et développer notre réseau
  • Monter en compétences sur les thématiques entrepreneuriales : management, RH, finances…
  • Être accompagné / mentoré
  • Financer l’innovation et la croissance
  • Monter en compétences sur les sujets techniques
  • Être en veille sur les opportunités de marchés ou technologiques
Que vous apporte la complémentarité de l’accompagnement par ITerra d’une part et par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster d’autre part ?

L’accompagnement d’ITerra était orienté autour de l’innovation agricole, via les acteurs du territoire comme UniLaSalle, l’UTC ou encore Rev’Agro.

L’offre d’Amiens Cluster est plus orientée sur l’énergie avec notamment le programme EnergeiA qui couvre les questions de Production ENR, Stockage de l’énergie ou encore l’ Optimisation énergétique.

Nous couvrons les deux sujets que ce soit l’énergie ou le monde agricole et en ce sens, les accompagnements proposés par Iterra et Amiens Cluster nous sont très complémentaires.

Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

Nous avons comme objectif d’avoir une présence nationale de proximité. En effet, à l’horizon 3 ans, nous souhaitons étendre notre zone géographique en créant de nouvelles agences (en orange ci-dessous) et élargir notre gamme de prestations.

LEON FASHION

Découvrez l’interview de Romain Mangas, fondateur de LEON Fashion, start-up accompagnée par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster depuis juin dernier.

Pourriez-vous présenter LEON Fashion ?

LEON fashion a pour objectif d’être une alternative au modèle de la fast fashion traditionnelle en proposant un vêtement capable de changer de coloris et de motif à l’aide de son smartphone grâce à l’électrochromisme. Avec cette technologie, les grandes marques, mais également les designers indépendants et les particuliers, pourront suggérer aux utilisateurs des coloris et motifs téléchargeables par le biais d’une plateforme mobile et ainsi intégrer le marché des vêtements connectés, aujourd’hui seulement réservé aux usages santé et sport.

LEON s’adresse aux hommes de 25 à 45 ans déçus de l’offre vestimentaire actuelle, qui souhaitent porter des pièces de qualité et adapter leurs motifs selon leurs envies, pour une tenue 10 ans. La durabilité est la valeur principale du projet puisque ce dernier a pour objectif final la réduction de la production de vêtements et des externalités sociales et environnementales sous-jacentes. L’inclusion compte également parmi ses valeurs en tentant d’habiller la population de manière économique et de permettre aux créateurs de pallier les barrières à l’entrée de production et distribution.

A ce jour, le projet en est encore à la consolidation de la proposition de valeur même si des discussions ont déjà commencé avec certains laboratoires français spécialisés.

Romain Mangas est actuellement seul porteur du projet et recherche activement un associé technique spécialisé dans le vêtement intelligent. A 25 ans, il compte deux Masters de l’Université Paris-Dauphine – PSL, le premier en Finance d’Entreprise et le second en Entrepreneuriat et gestion de Projets Innovants.

Très accompagné dans ce projet, il a tout de même souhaité rejoindre en juin l’Incubateur d’Amiens Cluster (Batch 12), séduit par ses nombreux ateliers, afin de bénéficier d’un suivi sérieux, de mises en relation dans une région historiquement tournée vers l’industrie textile et d’accès à des financements extérieurs.

Quelles ont été vos motivations pour passer le cap de l’aventure entrepreneuriale ?

A l’origine plutôt formé pour des postes de cadre au sein de grandes entreprises, ma prise de conscience d’une volonté d’entreprendre s’est faite tardivement au cours de ma dernière année de Master en Contrôle de Gestion. Alors en alternance et après un bon nombre de stages significatifs, je me suis rendu compte que la meilleure façon d’être pleinement acteur de ma carrière professionnelle, et plus généralement de ma vie, était d’entreprendre.

Cette prise de conscience a bien sûr été permise en voyant mes collègues et managers insatisfaits de leur propre situation, mais également confortée par un bon nombre de mes proches qui se lançaient également dans l’entrepreneuriat.

A la fin de ma formation en Finance d’Entreprise, j’ai décliné une offre de CDI intéressante pour accéder au Master Entrepreneuriat de Paris-Dauphine, avec une vague idée du concept de LEON, mais en sachant que je devenais pleinement actif de mon épanouissement personnel.

Engagé en faveur du Développement Durable, la recherche d’un impact social et environnemental dans le secteur de l’habillement a évidemment motivé ma démarche, la quête de sens étant selon moi indissociable de mon bonheur.

Que vous apporte l’accompagnement de l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster ?

Ayant intégré l’Incubateur en juin dernier, l’accompagnement se limite à ce jour au suivi du projet par son manager M. Jean-Denis Blanc, très investi dans son développement. M. Blanc n’hésite pas en effet à donner de son temps et à multiplier nos échanges, qui sont toujours riches de discussions, notamment à propos du Business Model finalement adopté par LEON.

Le programme s’étalant sur une année entière, nul doute que les différents ateliers et permanences proposés par l’Incubateur sauront apporter leur intérêt tout au long de l’évolution du projet.

Vivant à Paris, je n’hésiterai pas également à partir du mois de septembre à visiter l’Incubateur et ses collaborateurs, profitant de sa localisation pour rejoindre des acteurs du textile connecté dans le nord de la France.

Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ? 

Avant la rentrée de septembre 2021, mes efforts se concentrent sur la finalisation de la structuration du besoin utilisateur, la réalisation du Business Plan, la recherche d’un associé spécialisé en textile connecté, une décision sur la technologie finalement adoptée et éventuellement le dépôt des statuts. Avant décembre 2021, je prévois de réaliser la technologie textile ainsi que la connectivité avec le smartphone. La réalisation de la Market Place sera également une priorité. Le lancement client devra s’effectuer dans l’idéal en janvier 2022 au moment de la Fashion Week Hommes et les premiers créateurs partenaires recrutés en mars 2022. En septembre 2022, j’espère obtenir un résultat du vêtement et de sa distribution aboutis.

Posos

Découvrez l’interview de Emmanuel Bilbault, co-fondateur de POSOS, start-up accompagnée par l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster depuis février dernier.

Pourriez-vous présenter Posos ?

Posos est un outil d’aide à la décision thérapeutique qui simplifie les recherches d’informations médicales des médecins et pharmaciens et leur apporte des réponses rapides et adaptées à chaque patient, donc directement utilisables en consultation ou en officine. Posos utilise l’intelligence artificielle pour comprendre la question posée par le praticien dans ses propres mots. Elle identifie les informations les plus pertinentes parmi des centaines de sources d’informations médicales pour ne montrer au praticien que celles qui correspondent à sa recherche, en les croisant avec le profil de son patient. Un médecin peut par exemple rechercher en quelques clics l’origine d’un effet indésirable, trouver une alternative en cas d’interaction médicamenteuse problématique ou adapter une posologie complexe.

Quelques exemples d’utilisation :

Exemple 1 :

Un médecin généraliste reçoit en consultation un patient âgé recevant déjà plusieurs traitements. Il se plaint de l’apparition soudaine de fortes migraines et d’insomnies. D’habitude, le médecin regarde les fiches de médicaments une par une et consulte plusieurs sites, ou demande à ses confrères. Cette fois-ci, il rentre les médicaments et l’âge du patient dans Posos et identifie immédiatement le médicament qui pose problème, selon ses sources de référence. Il lui est alors proposé plusieurs médicaments alternatifs et indiqués pour son patient, qu’il peut choisir en confiance puisque les informations sur Posos sont de sources reconnues et mises à jour sur le sujet.

Exemple 2 :

Un pharmacien souhaite vérifier que la posologie d’un médicament prescrit à un patient souffrant de diabète est bien adaptée. En quelques clics, il renseigne le médicament, l’âge, le poids et la comorbidité du patient et confirme la posologie et le mode d’administration donné.

Quelles ont été vos motivations pour passer le cap de l’aventure entrepreneuriale ?

En rencontrant en 2017 plusieurs data scientists, je me suis intéressé aux dernières avancées du traitement automatique du langage. J’ai alors réalisé qu’il était désormais possible d’appliquer une approche sémantique à la recherche documentaire pour remonter avec une grande précision les extraits pertinents. Cette approche n’avait pas d’application dans la santé alors qu’elle pouvait accélérer les recherches d’information quotidiennes des soignants. Il fallait tenter l’aventure ! Avec l’un de ces data scientists et mon associé, nous avons décidé de monter un prototype et le présenter au Data Challenge de l’École Normale Supérieure. Les premiers résultats étaient très encourageants. Nous avons alors décidé de monter Posos.

Qu’attendez-vous de l’accompagnement de l’Incubateur/Accélérateur d’Amiens Cluster ?

Notre produit est stable et suffisamment complet pour être déjà utilisé au quotidien par plusieurs milliers de soignants. L’accélérateur d’Amiens Cluster peut nous aider à franchir l’étape d’après, c’est-à-dire devenir l’outil de référence en France pour l’aide à la décision thérapeutique. 

Pourquoi souhaitez-vous développer votre ancrage sur le territoire amiénois plutôt qu’ailleurs ?

Le projet est né à Amiens d’une expérience réalisée au sein du Centre Hospitalier Universitaire. Notre solution initiale avait pour objectif de contribuer à la réduction de la iatrogénie, priorité des instances nationales. La région d’Amiens et la Picardie en général est déjà reconnue mondialement dans de nombreux domaines médicaux tels que la robotique ou la chirurgie maxillo-faciale. Les médecins sont ouverts aux innovations. C’est un terreau fertile pour expérimenter nos dernières fonctionnalités.

Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

Notre prochaine étape est de faire en sorte que la solution soit utilisée quotidiennement par les professionnels de santé, et à terme d’introduire une version payante pour les fonctionnalités les plus poussées.

Nouvelle promotion de l’Incubateur / Accélérateur

Le 12ème comité d’engagement de l’Incubateur / Accélérateur d’Amiens Cluster s’est déroulé le 09 Juin en présentiel, en présence d’un jury composé d’acteurs locaux et régionaux de l’entreprenariat et de l’innovation.

Le programme d’accompagnement est composé : de 160 heures de formations aux enjeux et outils de l’entrepreneuriat, d’un programme de mentorat individuel, d’un accompagnement personnalisé par le manager de l’Incubateur / Accélérateur et les managers sectoriels , de l’accès à un réseau entrepreneurial dynamique qui favorise les opportunités d’affaires et de la visibilité à travers les différents outils : évènements, réseaux sociaux, lettre d’informationsyearbook.

Pour candidater au prochain comité : https://incubateuramienscluster.com/nous-rejoindre/   

 
 
 » Une promotion très hétérogène et prometteuse allant de la valorisation de la pomme de terre au dispositif médical de catégorie 3« 

Jean Denis Blanc, Manager de l’Incubateur / Accélérateur d’Amiens Cluster

 

Zoom sur les projets retenus pour le programme d’incubation :

Bulle est un projet d’enceinte connectée à une plateforme familiale web /application accessible via smartphone ou ordinateur, permettant la diffusion de fichiers audios.

 

 

Achille est une solution digitale : une Marketplace couplé à un SaaS de gestion dans le but de centraliser et simplifier la gestion de la pratique sportive en France, aussi bien côtés pratiquants que côté fournisseurs d’activités sportives.

 

Wireless MEdical Device fabrique un dispositif médical implantable, équipé de capteurs de paramètres physiologiques pour la surveillance des patients à distance et en temps réel, afin d’augmenter la survie et la qualité de vie des patients, proposer un meilleur suivi des malades aux équipes soignantes et aussi limiter les coûts d’hospitalisation.

 

ChipValue a pour objectif la valorisation non alimentaire d’un maximum des coproduits de la filière pomme de terre dans les Hauts-de-France sous forme d’économie circulaire et dans une démarche marchande, créatrice de valeur et environnementale « 0 déchet ».

 

LEON ambitionne de devenir la première marque grand public à proposer un vêtement durable capable de changer de coloris et de motifs à l’infini à l’aide d’un smartphone. Elle se construit  comme une alternative au modèle de la fast fashion
 
 
MyGreenCard veut révolutionner le marché des cartes et badges d’entreprise en proposant une solution digitale, respectueuse de l’environnement, et qui participe au développement de l’emploi local.
 

 

Zoom sur les entreprises retenues pour le programme d’accélération :

Energie

EnerBIOFlex est une entreprise qui accompagne les agriculteurs souhaitant réduire leurs factures d’énergie ou produire de l’énergie renouvelable (comme la méthanisation). L’entreprise est implantée à Beauvais et accompagné par l’accélérateur Iterra. Son intégration à l’accélérateur d’Amiens Cluster se fait en complémentarité et motivée par l’envie de développer de nouvelles activités en Haut-de-France.